Get Adobe Flash player
Accueil Actualité des célibataires

Pour sortir du célibat comment puis-je faire ?

Pour sortir du célibat comment puis-je faire ?

 

Votre célibat commence à vous peser, vous en avez assez d’être seul. Vous envisagez de rechercher quelqu’un pour une relation sérieuse. Vous vous demandez comment faire concrètement ? Suivez le guide !

 

Pour sortir du célibat, il est évident que vous devez bouger, utiliser tous les moyens disponibles pour rechercher votre potentielle âme sœur. Vous trouverez ci-après des techniques ainsi que des endroits où il est facile de faire des rencontres.

 

Sur Internet 

 

- Les sites de rencontres : l’adhésion à une telle plateforme est une des méthodes les plus efficaces pour rencontrer une personne susceptible de vous correspondre. Certains sites dénombrent de dizaines de millions de membres. Vous trouverez rapidement parmi cette multitude d’adhérents celui ou celle qui fera battre votre cœur.

 

- Les sites qui organisent régulièrement des rencontres amicales : les personnes qui participent à ces sorties amicales sont majoritairement des célibataires qui sont là pour rechercher quelqu’un. Nombreux sont les couples qui se sont formés à la suite de telles sorties qui peuvent prendre plusieurs formes : la découverte d’un nouveau bar à tapas, la participation à un atelier de cuisine ou de poterie, un rendez-vous sportif.

 

- Les réseaux sociaux : ils incluent généralement des groupes à thème dont les membres s’accordent pour organiser périodiquement des sorties.

 

Dans le monde réel

 

- Développer votre cercle de connaissances et d’amis : vous multiplierez ainsi vos chances de rencontrer votre future moitié. N’hésitez pas à sympathiser avec de nouvelles personnes. Elles vous présenteront par la suite leurs amis qui viendront élargir votre cercle d’amis et ainsi de suite. L’intervention d’un ami commun dans la présentation facilite le dialogue.

 

- Les associations : elles constituent de cercles conviviaux où une multitude de personnes se retrouvent autour d’un centre d’intérêt commun. Il peut s’agir de promenades axées sur un thème particulier, de loisirs créatifs ou de jeux. Évitez toutefois les associations qui n’ont que peu d’adhérents. Cela limiterait vos chances de rencontrer du monde.

 

- Les clubs de danse : ce sont de véritables viviers de célibataires. L’adhésion à un tel club représente un moyen efficace pour tisser de nouveaux liens qui peuvent déboucher sur une relation durable.

 

Certaines danses, comme la salsa, favorisent les contacts physiques. Les rapprochements s’effectuent alors tout naturellement. Dans d’autres, comme les danses bretonnes et folks, les participants se mettent en cercle et se tiennent par la main. L’atmosphère est conviviale et propice aux rencontres. Les danses de salon et le rock sont très plébiscités par les célibataires quadragénaires.

 

Les hommes qui savent danser attirent beaucoup les femmes. L’aisance représente un atout séduction indéniable pour la gent masculine.

 

- Les clubs de sport : n’hésitez pas à vous inscrire dans un club de sport. Vous ne manquerez pas de rencontrer des célibataires. Évidemment, il existe certaines disciplines où les femmes brillent par leur absence (le rugby par exemple). Par contre, elles sont nombreuses à fréquenter les clubs de fitness, de natation ou de badminton.

 

Au fil des séances, vous parviendrez à sympathiser avec quelqu’un, lier amitié et pourquoi pas plus si affinités. 

 

- D’autres moyens : les pubs « after-work », les bars « lounge », les boîtes de nuit, les discothèques et les soirées speed-dating représentent autant d'occasions pour faire des rencontres intéressantes. Au final, vous trouverez votre âme sœur et sortir du célibat.

 

 

 

 

 

 

Actualité des célibataires

Lydie habite dans la région doloise, a 37 ans et a fait appel à l'agence Fidelio. Elle apporte son témoignage.Actualité

« J'étais seule depuis un an et avant je n'avais connu que des histoires cahotiques. Mais là j'avais envie de stabilité, rien de compliqué. Je voulais rencontrer quelqu'un de bien. Or, quand on est célibataire à mon âge on ne sort pus en boîte. Je voyais des amis mais qui étaient tous en couple, et on dînait les uns chez les autres. J'ai essayé des choses comme Meetic mais j'ai vu sur le site quelqu'un que je connaissais et qui était en couple. Ça m'a refroidie… Finalement dans un journal j'ai lu les annonces de Fidelio, une annonce m'a plu, alors je suis allée sur le site. Et pendant un mois j'ai regardé les annonces avant de franchir le pas. Je me suis inscrite à l'agence et ça a été une très bonne thérapie pour moi. Ça m'a redonné confiance en moi, je me sentais seule au monde et j'ai rencontré des hommes plutôt mignons, j'ai vu que je pouvais plaire.

« Je me suis inscrite en décembre 2009 et j'ai rencontré une dizaine d'hommes. En février, j'ai fait la connaissance d'un homme qui a mon âge, il a deux enfants. On s'est vu deux fois avant de rencontrer chacun d'autres personnes de son côté. Puis il m'a recontactée en mai et depuis, on ne se quitte plus.

Dans mon entourage on me disait « c'est de la connerie ton truc », mais moi je savais qu'il y aurait une issue positive. »

 

L'agence matrimoniale reconquiert le secteur

Jugées un peu désuètes pendant quelques temps, les agences matrimoniales connaissent une augmentation régulière de leur activité depuis maintenant plusieurs années. Avec une croissance qualifiée « d'impressionnante » ces toutes dernières années.

Nathalie Beurey, conseillère matrimoniale pour Fidelio, partage son temps entre ses bureaux de Dole, Lons-le-Saunier et Saint-Claude. Chaque mois, elle rencontre en moyenne vingt-cinq personnes de tout âge et de tous milieux socio-professionnels hantés par le désir de vivre en couple.

« Lorsqu'il va bien, l'être humain n'est pas fait pour vivre seul », souligne Nathalie.

Sur les cent cinquante noms de son fichier, autant d'hommes que de femmes, avec quelques spécificités par tranches d'âge.

Tous partagent cette aspiration de rompre avec leur vie de célibataire qui rime pour eux avec galère.

Les clients de Nathalie Beurey ont généralement testé plusieurs méthodes pour dégoter l'élu(e) de leur cœur. Internet constituant généralement leur première option. « Parce que la démarche parait plus aisée », explique la conseillère matrimoniale. Mais voilà, sur la toile, on drague, on enjolive, on ment même…

De déception en déception, le virtuel sert finalement le marché plus traditionnel de l'agence.

Dans le Jura, quatre agences ont pignon sur rue avec des spécificités et des formules différentes. Fidelio se présente comme « le numéro un de la rencontre sérieuse ».

« L'amour c'est une alchimie », estime Nathalie Beurey. Outre les critères d'âge, de goûts, de milieu social et de caractère, l'intuition de la professionnelle a sa part dans la formation des couples en vue des rencontres ciblées qu'elle propose. Avec un certain succès. « Même si le 100 % de réussite n'existe pas. »

 

Célibataires : un marché potentiel de 37 000 âmes seules dans le Jura

Petites annonces, sites Internet, agences spécialisées ou manifestations associatives : la rencontre génère une foule d'initiatives. Lorsque chacun cherche sa chacune, et inversement, aucune piste n'est à négliger…


Trente-six mille sept cent quatre-vingt-sept Jurassiens vivent seuls*. Dont près de la moitié sont âgés de 25 à 64 ans. Avec un pic important entre 40 et 54 ans. Si l'on ajoute à ces personnes les huit mille adultes d'une famille monoparentale, on mesure un peu mieux ce que représente la solitude. Et encore, ces chiffres ne sont pas complètement représentatifs du célibat puisque n'y apparaissent pas les célibataires qui vivent dans leur famille, les SDF, les colocataires. Notamment.

Véritable phénomène de société, le poids de la vie en solo -assez fréquemment mal vécu passé la quarantaine- génère depuis plusieurs décennies déjà un flot d'offres en matière de rencontre. Sites Internet, agences de voyage spécialisées, soirées dédiées, petites annonces dans les journaux et bien sûr agences matrimoniales : les « bons plans pour ne pas rester seul » se multiplient. En utilisant toute la palette des supports possibles.

Mais voilà, trouver l'âme sœur n'est pas si simple. Et, paradoxalement, dans une société où la communication est ultra-développée, la démarche se révèle bien plus ardue qu'il n'y paraît.

« Si je ne vous avais pas rencontré, je me serais pendu » : un témoignage que cette conseillière matrimoniale retraitée n'est pas prête d'oublier. « C'était un homme de 70 ans, il était vraiment désespéré » se souvient-elle, ravie d'avoir contribué par son métier à lui redonner goût à la vie.

Aujourd'hui, les couples se font et se défont à tout âge. Et les seniors sont de plus en plus nombreux à rechercher une compagne ou un compagnon. « Le problème c'est que les lieux de rencontre n'existent plus aujourd'hui », estime Nathalie Beurey, conseillère matrimoniale chez Fidelio. « Et ce n'est pas dans une boîte de nuit qu'on trouve le grand amour ». Les stroboscopes, c'est bon pour les aventures…

Et les aventures, les agences les fuient avec circonspection. Leur ambition, « faire de belles unions », sont incompatibles avec les aspirations des dragueurs. Aussi, attestation de réelle disponiblilité, ainsi certificat de divorce ou de veuvage en bonne et due formesont exigés.

Autre formule qui a le vent en poupe, le salon des célibataires. C'est ainsi que la dixième édition de ce rendez-vous, qui s'est tenu il y a quelques semaines à Arc-et-Senans, a réuni près de cinq cents prétendant(e)s. Dans les allées de ce type salon, chacun cherche sa chacune. Avec des fortunes diverses. Ceux qui n'auront pas trouvé opteront peut-être cet été pour des séjours réservés aux célibataires. Ou pour un des nombreux pique-nique, à l'instar de celui organisé dimanche 27 juin dans le parc de la Tête d'Or à Lyon.

Karine Jourdant

kjourdant@leprogres.fr

*Source : INSEE
 

Conseils et techniques de séduction

Il y en aura qui diront que la séduction est un art.
Il y en a qui sont doués et d’autres moins.
Certes. Mais il y a toujours des astuces accessibles à tout le monde.


Voici quelques conseils à adopter pour prendre en main son célibat. Devenez un « célibattant » !



Soyez prêt

Ayez l’attitude célibataire. La première chose, c’est d’être libre dans sa tête. Mais surtout ne vous forcez pas. Si vous sentez que ce n’est pas le moment de rencontrer quelqu’un : n’insistez pas, l’autre le sentira.

 

Aimez-vous

Ça parait stupide mais c’est primordial. Sans entrer dans l’ère de l’égocentrisme, apprenez à vous connaître et à vous aimer. Personne ne le fera à votre place et puis c’est la première étape avant d’aimer quelqu’un d’autre !

 

Pomponnez-vous!

Sans forcément être une fashion victim ou vous maquiller avec un rouleau de peinture, faites de votre corps un délice des yeux.
N’oubliez pas que c’est la première chose que l’on voit. Adoptez des vêtements qui vous correspondent, évitez de vous baigner chaque matin dans votre parfum et un petit passage chez le coiffeur de temps en temps ne fait pas de mal !

Pour les motivés : une activité sportive vous permettra d’arborer une silhouette de rêve.

 

Soyez positif!

Prenez la vie du bon côté ! Inutile de vous morfondre dans votre solitude : le célibat n’est pas une fatalité ! Donnez-vous l’énergie de trouver le bonheur.


Faites vous admirer!

Vous en êtes sûre, c'est lui(elle) et pas un(e) autre ! Vous ne voyez plus que lui (elle) !

Attention, la réciproque n'est pas toujours vrai ! N'oubliez pas de rester à l'écoute, et que pour séduire une personne, il faut être séduisant(e) aux yeux d'autres personnes !


Interessez-vous à elle/à lui!

Ne lui parlez pas que de vous et vos exploits, cela risque de le (la) lasser, certes, mettez-vous en valeur mais n'oubliez pas de vous interesser à lui (à elle), de lui poser des questions, de lui prouver que sa vie aussi vous interesse vraiment!

Entraînez-vous à séduire, gardez la pêche et le sens de l'humour, soyez d'agréable compagnie aux yeux de tous et alors l'être aimé daignera s'interesser à vous en voyant que vous plaisez à d'autres personnes de son sexe, que vous êtes un être admiré, aimé !

 

Speed dating et progressive Dinner

Comme leurs noms l’indiquent, ces procédés de rencontre nous viennent tout droit des Etats-Unis.


speed dating

Le speed dating consiste à séduire une personne en 7 min.
Des bars, discothèques ou des établissements spécialisés organisent ces rencontres. Autant de célibataires hommes et femmes sont présents (le nombre de places est limité) pour une tranche d’âge défini : 20/30 ans - 25/35 ans - 30/40 ans – 35/45 ans – 40/50 ans - 45/55 ans – 50/60 ans. Pensez à vous renseigner avant.

À votre arrivée l’on vous remet une fiche où vous écrirez le numéro des célibataires rencontrés au cours de la soirée.

Des tables pour 2 personnes sont disposées de façon à ce que les conversations restent intimes dans un endroit confortable et privatisé à cet effet.

Au signal du gong, les conversations débutent.
Sept minutes plus tard le signal de fin retentit, une des deux personnes (généralement l’homme) est amenée à se déplacer à une autre table.

Vous rencontrerez 7 à 10 célibataires du sexe opposé. Vous discutez pendant 7 minutes en tête à tête avec chacun(e).

À l'issue des rencontres, c'est vous qui décidez qui vous souhaitez revoir. Cela se fait simplement en cochant une case "oui" ou "non" sur votre fiche. Si votre souhait est réciproque, les coordonnées de cette personne vous seront alors transmises.

 

Qui est le célibataire d'aujourd'hui ?

Le célibat touche toutes les catégories de personnes, à tout âge et de nimporte quelle catégorie socioprofessionnelle.

Mais il existe plusieurs critères de célibataires ou de « solos » (comme on aime les nommer de nos jours).
Tout d’abord, il y a le célibat consenti : ce sont les personnes qui ont décidé de vivre seules, l’assument et en profitent.

Puis il y a le célibat subi : les séparés, divorcés, veufs, les frustrés, les dégoutés … De toute manière, voulue ou subie, la vie en solo n'exclut pas le désir de rencontre dont les différents modes, de plus en plus sophistiqués et dans l'air du temps, s'adaptent à toutes les demandes et repoussent les limites de la séduction.

 

Les moins de trente ans représentent la catégorie qui contient le plus de solitaires. Généralement, ce sont les femmes qui choisissent le plus souvent de vivre en solo.
Elles sont de plus en plus nombreuses à privilégier leur carrière professionnelle. En effet, entre le temps consacré aux études (longues dans la plupart des cas) et l’établissement d’une situation stable dans le métier, l’heure d’une recherche sentimentale est repoussée.

Mais lorsque le tintement de l’horloge hormonale bourdonne, on se hâte. Seulement, il n’est guère si facile de trouver chaussure à son pied ! Et ne souriez pas Messieurs car cette lubie n’est pas exclusivement féminine ! De plus en plus de personnes font passer leur vie professionnelle avant l’Amour.

L’accroissement le plus aigu du nombre de célibataires est attendu parmi les groupes de personnes d’âge moyen et de personnes âgées. Il s’agit surtout d’une augmentation du nombre de divorces et de décès. En effet, avec une constante augmentation de divorces, la catégorie des plus de 30 ans possède un pourcentage de solos qui croit au fil du temps. De plus, parmi les personnes âgées, le pourcentage de femmes célibataires est plus élevé que celui des hommes, ceux-ci mourant, en ce moment, plus jeune que celles-là. Cela s’explique par le fait que les femmes mariées sont en général un peu plus jeunes. A cela s’ajoute que les femmes vivent plus vieilles que les hommes : l’âge moyen de vie est actuellement de 76 ans pour les hommes et de 81 ans pour les femmes. A l’avenir, ce phénomène pourrait néanmoins s’affaiblir, parce qu’il y aura probablement plus d’hommes âgés que de femmes âgées célibataires. Ceci en raison de la prévision de l’accroissement de l’espérance de vie plus accentué parmi les hommes que parmi les femmes. Si tel était le cas, cela augmenterait la probabilité que les hommes survivront à leur femme. Et cela aurait comme autre conséquence que les femmes seraient veuves à un âge de plus en plus élevé.

 

Coachs de Séduction

Chercher chaussure à son pied, c’est quelque chose, mais savoir le faire, c’en est une autre ! Peur au ventre (douleur ou bruits étranges), bégaiements, maladresses gestuelles et orales sont les symptômes d’un manque de confiance en soi. Les grands timides et les maladroits savent de quoi il est question.
C’est pourquoi des professionnels de la séduction vous aident à palier ces troubles incommodants.

Les coachs

Ce sont des personnes qui vous aident à reprendre confiance en vos capacités.
Certains coachs proposent aussi le relooking. Bien que dans les mœurs, il est dit que l’apparence physique ne compte pas en matière de séduction, il s'avère que sur le terrain cette théorie est fausse mais bien entendu le physique ne fait pas tout.

Odile Lamourère : Coach pour solistes

Odile Lamourère a lancé le premier salon des célibataires en 1987 à Paris pendant 8 ans et a déjà écrit 12 livres pour les célibataires.
Par exemple, elle a écrit "Séduire une femme à coup sûr... : Et pour longtemps".
Elle est devenue coach pour solistes. Son site est le suivant :
celibinfos.monsite-orange.fr

 

Le sacerdoce du célibataire

Ils sont 6 millions en France. Dans les années 80, ils se croyaient libérés. Aujourd'hui, retour aux valeurs oblige, ils se sentent isolés. Enquête chez les solitaires qui ne voudraient plus l'être.

 

«Un mec, pour quoi faire?» demandaient, dans l'euphorie, les femmes libérées des années 80. «L'indépendance se portait alors en bannière, avec la réussite professionnelle», se rappelle Jean-Pierre Cantorné, directeur des études et de la recherche à l'agence FCB. La décennie 90, elle, joue profil bas. Hommes et femmes n'ont qu'une idée: se caser. Mais où sont donc passés les «célibattants»? Alors qu'on recense aujourd'hui 6 millions de solitaires, à temps partiel ou à temps complet, par obligation ou par conviction. Près de 8 millions, si l'on compte les familles monoparentales. Et la tendance ne fait que s'accentuer. Les divorces se multiplient, les foyers éclatent. Conséquence: le nombre des solos va crescendo...
Odile Lamourère, créatrice du Salon des célibataires - qui, les 19 et 20 mars, fêtera à Paris sa 7e édition - espère bien cette année redoper le moral des troupes. «Les célibataires, ce sont les mal-aimés de notre société», affirme-t-elle. Paranos, les solos? Les faits sont là. Qui verse le plus lourd tribut aux impôts? Qui paie les vacances au prix fort, pour cause de supplément «single»? Les cafetières deux tasses Philips, les minimachines à laver Kenwood, les petits plats individuels Findus ne suffisent pas à effacer les états d'âme... Amorce d'un courant favorable? En avril sera lancée la première Croisière des célibataires. En tout bien tout honneur. Son organisateur: l'Espace voyages Côte d'Azur, qui propose, au départ de Nice, une virée de cinq jours, via Capri, Taormina et Lipari. Conférences, débats et soirées dansantes à l'appui. «L'idée est née simplement, explique Christian Quiquerez, son initiateur. Il existe des lieux où se rencontrent les jeunes et le troisième âge. Entre les deux: le néant.» Que reste-t-il si l'on ne possède ni le savoir-faire d'un nightclubber ni le goût des agences matrimoniales, classées X?... Le groupe Lucien Barrière pourrait bien, lui aussi, entrer dans la danse des esseulés, avec une formule de week-end prolongé à Cannes. Thalasso, excursion, soirées casino et karaoké. Car il n'existe qu'un moyen pour faire sortir les ermites de leur tanière: l' «éclate», comme l'explique Didier Audebert, rédacteur en chef de «Tête à tête», le nouveau - et unique - magazine du «célibat dans tous ses états». Ni intello ni Minitel rose, plutôt tendance bons plans et carnet d'adresses bétonné, «Tête à tête» organise même des fêtes, comme celle de la Saint-Valentin, qui a réuni 2 000 personnes à la Locomotive. Conformément à la «ligne éditoriale» du journal: dédramatiser, pour éviter les ghettos...
Ghetto, le mot est prononcé. «Avec la crise, le sida, le cocooning, les années 90 marquent le retour aux valeurs, la famille et le couple», note Jean-Pierre Cantorné. Résultat: les célibataires culpabilisent et rentrent dans leur coquille. Une chose est sûre: ils dérangent. L'actuelle campagne publicitaire Bolino est exemplaire. Les spots télévisés mettent en scène une femme pressée, un PDG affairé, un gamin captivé par sa console électronique, à grand renfort de riz à l'espagnole et de hachis Parmentier. Nulle allusion à la vie en solo. «Parce que ces repas sur le pouce s'adressent à tout le monde», plaide Cécile Pichou, chef de produit. Peut-être aussi parce que le célibat renvoie l'image de la solitude et que la solitude ne fait pas vendre... Lors du Salon, Odile Lamourère essaiera donc, malgré tout, de regonfler les coeurs. Les exposants: des clubs de loisirs et des conseillers en tout genre - du look au développement personnel - en passant par l'association Aides et des groupes de défense des droits des célibataires... Sont aussi programmés des conférences-débats et des jeux pour faire sourire les plus récalcitrants. En conclusion, une grande fête. Cela s'impose.

Salon des célibataires, hôtel Ambassador, 16, bd Haussmann, Paris-IXe. Rens.: 36.15, Celib. La Croisière des célibataires, 21-25 avril, tél.: (16) 93.16.04.30.

 

MEZERIAT 2010, SALON OU FOIRE AUX CELIBATAIRES

article presse foire du avril 2010 mezeriat

 

Pierre Python : « 600 cœurs à prendre à la foire du célibataire »

Rencontre avec Pierre Python, organisateur de la foire du célibataire de Mézériat

Combien de célibataires, demain, à Mézériat ?

Plus de 600 je pense. 600 cœurs à prendre ! Après l'émission de M6 (NDLR : le 30 mai, « Zone interdite »), les gens ont appelé d'un peu partout.

Certains vont faire plus de 500 kilomètres pour venir. De tous nos salons, Mézériat est celui où il y a le plus de monde. Cela s'explique par la position géographique mais aussi par le bouche à oreille, via les couples qui se sont formés ici.

En dix éditions, combien en avez-vous « mariés » ?

Franchement, je ne sais pas. Un tel sondage nécessiterait un mois de travail. Je peux dire que je connais des couples installés à Lons, Bourg, Salins, Besançon...

C'est un suivi informel. Certains reviennent fêter leur union là où ils se sont rencontrés. Et je reçois beaucoup de courriers.

Quel est le sexe du célibataire ?

Ca dépend des éditions. En 2009 à Mézériat, il y avait plus de femmes que d'hommes. Parfois c'est l'inverse. Cette année à Arc-sur-Senans, j'ai recensé 35 % d'hommes pour 65 % de femmes. À noter que peu de couples sont restés ensemble après cette soirée.

L'âge du célibataire ?

L'après-midi, on trouve une majorité de 35-45 ans qui veulent refaire leur vie. Le soir au bal, débarquent de jeunes aventuriers qui viennent pour s'amuser et lier connaissance pour un soir. Mais il n'y a pas d'âge pour cela. A Arc, j'ai rencontré une dame de 75 ans qui se plaignait de ne pas trouver d'hommes de sa génération !

Propos recueillis

par Marc D

Note

Foire du célibataire organisée par l'association humanitaire Cœurs liés.

Demain samedi à la salle des fêtes de Mézériat à partir

de 14 heures.

Dîner à 20 h 30 suivi d'un bal.

13 euros pour les filles, 16 euros pour les garçons. 20 euros le dîner dansant. Inscriptions et